Guide des récifs de la Caraïbe

Nom courant : Merous

Nom Guadeloupéen : Vieille (rien à voir avec celle de l'Hexagone)

Nom Latin : Serranidae

Description et moyens de reconnaissance

Il existe une multitude d’espèces de Mérous qui vont de 30g à 300kg ! Difficile de tous les décrire. Mais ils ont quelques points communs : plates mais dos bombé, une mâchoire large et très souvent ourlée de lèvres épaisses. Leur robe, contrairement à celle des Pagres qui ont un une forme similaire, n’est pas unie, très souvent tachetée, voire rayée. Une autre particularité, plus difficile à observer, certes, est la pupille, un peu triangulaire, effilée sur l’avant.

Commentaires

Les Mérous sont des prédateurs sédentaires attachés à leur récif. Ils passent la journée proches de leur trou. Relativement curieux ils n’hésiteront pas à venir, s’ils ne sont pas effrayés, voir qui est l’intrus qui a pénétré leur territoire. Pour les plus gros d’entre eux ils ont un rôle paradoxal mais essentiel pour le récif : ce sont des prédateurs et ils mangent donc des petits poissons, mais comme ils sont territoriaux et casaniers ils chassent aussi les autres prédateurs de leur territoire… ils se retrouvent ainsi plus protecteurs que prédateurs pour la plupart des petits poissons. Les Mérous sont sur-pêchés et font parie des grosses espèces qui ne se portent pas très bien. Le Mérou de Nassau est de plus en plus rare et la Loche Goliath qui peut atteindre plus de 2m et 300kg est quasiment éteinte dans nos eaux. Ce qui d’autant plus dommageable que cette espèces est la plus à même de manger et donc limiter l’invasion du Poisson-Lion qui fait tant de dégâts sur nos récifs.

Auteur et droits d’images : An Ba Dlo La – SARL