Guide des récifs de la Caraïbe

Nom courant : Gorgones

Nom Guadeloupéen :

Nom Latin : Anthozoaires octocoralières

Description et moyens de reconnaissance

Il existe une multitude de Gorgones : plates comme l’ Eventail, en arbrisseau mort comme la Cierge, ou ressemblant à des plumes comme… la Plume ! Elles donnent toutes l’impression d’êtres des végétaux alors que si on regarde de très très près on voit bien leur surface couverte de petits pores d’où parfois sortent de petits cils blancs. Ces cils sont rétractiles, modifiant ainsi l’aspect de la Gorgone en fonction du moment de l’observation.

Commentaires

Comme les Coraux qui sont les cousins des Gorgones, celles-ci sont des colonies constituées d’animaux appelés polypes. Ce sont les petits cils émergeant parfois des pores, constitués d’un pied et de 8 tentacules qui vont lui permettre de se nourrir en capturant les organismes en filtrant l’eau.

Observez attentivement une Gorgone éventail, elle a la forme d’un filet. Alors que la Gorgone Plume, avec sa multitude de filaments met en place une stratégie totalement différente. Elles poursuivent pourtant le même but, filtrer l’eau pour se nourrir…

A la différence des Coraux, le squelette supportant la colonie de polypes est souple. Elle est constituée de gorgonine qui est très proche de la kératine qui est la base de nos ongles et nos cheveux. Les forêts de Gorgones sont des biotopes à part entière, lieux de vie de nombreuses espèces. Elles sont très sensibles aux chaines et ancres de bateaux, ainsi qu’au contact et aux coups de palmes… soyez vigilants avec ces animaux particulièrement fragiles.

Auteur et droits d’images : An Ba Dlo La – SARL